POITIERS  (86)
21 rue du Fief de Grimoire

COGNAC  (16)
44 rue de Metz

Gil   Beucher

                         Thérapeute psycho-corporel, bio-énergéticien et aromathérapeute certifié (FFA)

Le blog de VIBRENERGIL

Espace d'échange entre vous et moi...

Usez-en sans modération, abusez-en même franchement,

mais évidemment en observant les principes de respect

et politesse qui s'imposent.

afficher :  plein / résumé

AROMATHERAPIE - Comment soigner une irritation cutanée ?

Publié le 21 juin 2018 à 9:25 Comments commentaires (0)

Pour une cuiller à café d'huile végétale de calophylle (Tamanu du Brésil, bio), ajouter 2 goutes d'huile essentielle de lavande aspic (bio) et 2 gouttes d'huile essentielle de camomille romaine (bio).

Le Tamanu est un arbre brésilien qui est utilisé pour extraire de l'huile de calophylle inophyle.


Base Huile végétale : Calophylle inophyle (80 %)

Ses propriétés :

Cicatrisante et régénératrice cutanée : l'huile végétale de Calophylle Inophyle est cicatrisante pour les muqueuses et la peau. Elle peut s'appliquer sur les plaies, les boutons d'acné, sur l'eczéma, le zona, les vergetures et les escarres.

Antiseptique : cette huile végétale sera recommandée en cas de mycose, d'herpès ou de zona.

Tonique et protectrice du système circulatoire : l'huile végétale de Calophylle inophyle va protéger les capillaires, les artères et les veines en les tonifiant et va donc limiter les problèmes de circulation comme les varices ou les hémorroïdes. Elle est aussi très utilisée en cas d'érythrose et de couperose.

Fluidifiante sanguine : cette huile végétale va améliorer la circulation sanguine de l'organisme en fluidifiant le sang et en limitant la formation de caillots sanguins. Cette propriété couplée à la première renforce son efficacité contre les varices, les jambes lourdes et les hémorroïdes.

Anti-inflammatoire : cette huile végétale sera très utilisée par les sportifs qui peuvent souffrir de douleurs musculaires. Elle sera également idéale en cas d'arthrose ou de rhumatismes.


Huile essentielle de lavande aspic (10%)

(ou lavande vraie ou lavande fine)


Ses propriétés principales :

Antalgique cutanée : (linalol, camphre) : L’huile essentielle de Lavande Aspic calme la douleur due à diverses agressions de la peau (piqûres, brûlures…;).

Antibactérienne, antifongique : (alcools monoterpéniques) : L’huile essentielle de Lavande Aspic est particulièrement efficace sur le germe du staphylocoque doré.

Neurotonique : (alcools monoterpéniques) : L’huile essentielle de Lavande Aspic agit sur le système nerveux, et permet de calmer la douleur en cas de piqûres ou brûlures.

Anti-inflammatoire : (linalol) : L’huile essentielle de Lavande Aspic évite les inflammations résultant des attaques que la peau subit (morsures, brûlures…;).

Cicatrisante (camphre) : L’huile essentielle de Lavande Aspic stimule la nutrition des tissus et entraîne une activité circulatoire, favorisant ainsi la cicatrisation cutanée.

Ses propriétés secondaires

• Insectifuge

• Anticatarrhale et expectorante

• Immunostimulante.


Huile essentielle de camomille romaine (10%)

Ses propriétés principales :

Calmante, relaxante (esters monoterpéniques) : L’huile essentielle de Camomille Romaine (ou Noble) calme le stress et les angoisses de raisons diverses. Elle favorise également l’endormissement et la qualité du sommeil.

Antispasmodique puissante (esters monoterpéniques) : L’huile essentielle de Camomille Romaine (ou Noble) atténue les spasmes musculaires et nerveux.

Anti-inflammatoire : Les esters monoterpéniques ont une action anti-inflammatoire par hyperémie, c’est-à-dire par un renforcement local du flux sanguin. L’huile essentielle de Camomille Romaine est donc efficace contre les inflammations cutanées.

Antalgique (esters monoterpéniques) : L’huile essentielle de Camomille Romaine atténue les douleurs et les névralgies.

Ses propriétés secondaires

• Antibactérienne.


SANTE / RECHERCHE - Alzheimer : une détection potentiellement possible 20 à 30 ans avant l'apparition des symptômes

Publié le 4 février 2018 à 9:40 Comments commentaires (0)

Des chercheurs japonais et australiens affirment avoir découvert le moyen de détecter la maladie d'Alzheimer 20 à 30 ans avant l'apparition des premiers symptômes : une prise de sang.

A lire https://www.24matins.fr/alzheimer-detection-potentiellement-possible-20-a-30-ans-lapparition-symptomes-700921" target="_blank">ICI



SANTE - VIDEO / Les fascias, alliés cachés de notre organisme

Publié le 4 février 2018 à 9:25 Comments commentaires (0)

Gros plan sur notre tissu fascial, qui entoure à la manière d'un bandage à la fois dense et irrégulier les éléments composant notre corps : nos organes, nos muscles, nos os. Cet organe méconnu et vital suscite parmi les chercheurs en médecine un intérêt et un espoir croissants.



Cela fait plus de trente ans que la fasciathérapie a fait son apparition en Occident parmi les médecines douces, mais jusqu'à récemment, c'est dans la discrétion que ses praticiens et patients exploraient un continent largement ignoré du grand public. Depuis une dizaine d'années, le tissu fascial, qui entoure à la manière d'un bandage à la fois dense et irrégulier les éléments composant notre corps (nos organes, nos muscles, nos os), mobilise un nombre croissant de recherches. Encore largement mystérieux pour la science, ce gigantesque réseau de fibres blanchâtres, qui relie toutes ces parties et, surtout, leur permet de fonctionner ensemble, commence à dévoiler une partie de ses pouvoirs grâce aux études de plusieurs pionniers interrogés ici, anatomistes et médecins, notamment.

Visibles à l'échographie, sensibles à l'acupuncture et à la pression manuelle, facilement endommagés par le stress et l'inaction physique, les fascias pourraient en effet se révéler l'origine méconnue de nombreuses pathologies, dont les douleurs dorsales qu'elles soient chroniques ou non. L'approfondissement des connaissances en la matière est donc susceptible d'ouvrir de nouvelles pistes thérapeutiques y compris dans la lutte contre le cancer. De Harvard à Padoue en passant par Mannheim et Heidelberg, cette passionnante enquête résume ce que la science sait aujourd'hui de ce tissu conjonctif vital et ce qu'elle en espère.


Vidéo de la chaîne Arte à visionner https://www.arte.tv/fr/videos/070788-000-A/les-allies-caches-de-notre-organisme/" target="_blank">ICI


 

SANTE / ALIMENTATION - 5 bonnes raisons d'opter pour une cure d'argile

Publié le 4 février 2018 à 9:00 Comments commentaires (2)

L’hiver est une bonne occasion pour donner un coup de neuf à votre organisme et votre forme générale avec une cure d’argile. Un remède ancestral aussi puissant que doux pour le corps et dont les vertus sont multiples.

Lire https://www.sensetsante.fr/bonnes-raisons-cure-d-argile/?utm_source=facebook&utm_medium=post" target="_blank">ICI   Et   ICI

La montmorillonnite, exploitée dans le sud du département de la Vienne,

présente de très intéressantes vertus curatives et esthétiques

SANTE / SEXO "Pirater" les spermatozoïdes pour cibler le cancer de l'utérus ?

Publié le 17 janvier 2018 à 9:55 Comments commentaires (0)

Les spermatozoïdes pourraient être utilisés pour cibler directement les tumeurs du cancer de l’utérus.

Les chercheurs ont gorgé des spermatozoïdes de doxorubicine, une molécule anticancéreuse courante, et les ont libérés dans une boîte de Petri qui contenait de minuscules tumeurs d’un cancer du col de l’utérus. “Les spermatozoïdes ont nagé en direction des tumeurs. En trois jours, ils ont tué 87 % de ces cellules”, ont-ils observé...

A LIRE https://www.courrierinternational.com/article/sante-le-sperme-pirate-pour-eliminer-des-cellules-cancereuses" target="_blank">ICI


PSYCHO - La biologie de l'attachement

Publié le 25 novembre 2017 à 13:45 Comments commentaires (0)

La théorie de l'attachement est un champ de la psychologie qui traite des relations entre êtres humains. Le psychiatre Boris Cyrulnik donne une approche pluridisciplinaire de cette théorie, qui intègre des données biologiques, affectives, psychologiques, sociales et culturelles.

A lire ici https://www.franceculture.fr/conferences/universite-claude-bernard-lyon-1/la-biologie-de-lattachement" target="_blank">:


PSYCHO - Pour plus de bien-être au travail, communiquons mieux !

Publié le 7 novembre 2017 à 11:25 Comments commentaires (0)

Une étude Monster/Ifop, menée auprès d’un échantillon de 1004 actifs et plus, a mis en avant ce qui est important aux yeux des salariés : Quels sont les moteurs essentiels pour s'épanouir au travail ? Quête de sens, dialogue, flexibilité et intelligence, ce sont les quatre notions phares qui ressortent de cette étude. Tendre vers une humanisation encore plus forte de l’entreprise, en quelque sorte...


Le bien-être au travail n’est pas un effet de mode. Bien au contraire, c’est devenu un véritable moteur pour les collaborateurs. Ce n’est pas le « bonheur » qui est recherché, mais bien un ensemble d’éléments qui rend l’environnement de travail sain et agréable pour les employés. Le premier élément qui arrive en tête de ce sondage est « le fait d’avoir une hiérarchie ouverte au dialogue et bienveillante ». Pour les entreprises, comprendre et connaître ses collaborateurs va permettre une interaction et une meilleure collaboration au quotidien. Prendre en considération leurs demandes, dialoguer, échanger pour tendre vers une entente cordiale au sein du collectif. Cela passe avant mêmes « les moments de convivialité organisés pour tous les salariés ». Pas vraiment.


Savoir être à l’écoute

La volonté de l’employé à vouloir travailler en entreprise n’est donc pas forcément dictée par le salaire, l’ambition ou la renommée de l’entreprise. La quête de sens et le bien-être sont souvent les facteurs recherchés en priorité. Le management doit donc être à l’écoute, attentif aux besoins et envies de ses collaborateurs. Chaque employé est unique, avec chacun ses émotions, son comportement ou ses valeurs. Il ne faut pas non plus négliger les différences ou les zones d’inconfort de certains. Il faut les prendre en compte car cela peut impacter le travail de toute une équipe. Ne pas les nier, essayer de comprendre et en discuter pour créer un climat sain dans l’entreprise.


Le stress, ce sujet inévitable

En effet, il est indispensable de prendre conscience que chacun est unique. Et certains peuvent ne pas ressentir ce bien-être au travail, et être, à l’inverse, dans une situation de stress. Que ce soit à cause d’un manager, d’un changement d’organisation ou de l’insécurité de l’emploi, le stress en entreprise existe et c’est un point à ne surtout pas négliger. Il faut en parler pour inverser la tendance et tendre vers le bien-être de tous. Bien connaître ses interlocuteurs permet d’adapter et de personnaliser le dialogue en fonction des situations de chacun. Un employé qui se sent écouté et valorisé sera plus impliqué, plus performant. Par conséquent, l’épanouissement d’un collectif passera forcément par un bien-être individuel de chaque employé.


L’Humain au cœur du collectif

Si le bien-être de l’équipe est au rendez-vous, cela offre la possibilité de mettre en place des actions en toute transparence au sein de l’entreprise. Dans ce sondage, certaines d’entre elles ont été plébiscitées par les salariés. L’octroi de jour de congés supplémentaires, une plus grande souplesse des horaires ou encore un soutien de l’employeur à des causes sociales, économiques ou environnementales sont les plus citées. Avec toujours cette quête de bien-être individuel dans l’intérêt du collectif. Un collectif qui souhaite se manager lui-même puisque quand l’idée a été évoquée de créer un poste de responsable du bien-être, seulement 12 % des personnes ont jugé l’idée pertinente.

Le bien-être et l’intelligence collective semblent être en première ligne des revendications des employés, cela peut sembler logique et naturel. Deux notions qui vont être les piliers des modes de gouvernance de demain. Le bien-être n’est pas qu’un effet de mode, c’est une problématique qui ne concerne pas seulement un individu, mais bien le collectif tout entier. Ne reste plus qu’à tout mettre en œuvre pour y arriver.

(Sources: www.rhinfo.com - Patrick Leconte)

PSYCHO - Anticonformisme et franc-parler seraient une "maladie mentale" !

Publié le 2 novembre 2017 à 9:15 Comments commentaires (0)

Est-ce que l'anticonformisme et le franc-parler sont une maladie mentale ?

Selon la dernière édition du DSM-V (Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux) oui.



Ce manuel identifie une nouvelle maladie mentale appelée « trouble oppositionnel avec provocation » ou TOP. Cette maladie est définie comme un « schéma continu de désobéissance, d’hostilité et de provocation » et les symptômes incluent la remise en question de l’autorité, la négativité, la défiance, la contradiction, et le fait d’être facilement agacé.

Le DSM-V est le manuel utilisé par les psychiatres pour diagnostiquer les maladies mentales, et à chaque nouvelle édition, il y a des dizaines de ces nouvelles maladies. Sommes-nous en train de devenir de plus en plus malades ? Est-ce qu’il devient plus difficile d’être en bonne santé mentale ? Les auteurs du DSM-V déclarent que c’est parce qu’ils sont plus à même d’identifier ces maladies aujourd’hui.

Les nouvelles maladies mentales identifiées par le DSM-V incluent l’arrogance, le narcissisme, la créativité supérieure à la moyenne, le cynisme, et le comportement antisocial. Ce que nous appelions des traits de personnalité autrefois sont désormais des maladies mentales. Et il existe des traitements.

Au cours des 50 dernières années, le DSM-V est passé de 130 à 357 de ces maladies. La majorité de ces maladies frappent les enfants. Bien que ce manuel soit un outil de diagnostic important pour l’industrie psychiatrique, il a également été responsable des changements sociaux. L’augmentation des TOP, des troubles bipolaires et des dépressions chez les enfants a été en grande partie à cause du manuel qui identifie certains comportements comme des symptômes. Un article du Washington Post a fait remarquer que, si Mozart était né aujourd’hui, il serait diagnostiqué avec un TOP et il serait médicamenté jusqu’à ce qu’il redevienne normal.


Augmentation significative de la médication des enfants

Selon le DSM-V, les adultes peuvent souffrir des mêmes maladies que les enfants. Cela devrait donner une raison de s’inquiéter aux libres penseurs. L’Union Soviétique utilisait de nouvelles maladies mentales pour les répressions politiques. Les gens qui n’acceptaient pas les convictions du Parti communiste développaient une nouvelle forme de schizophrénie. Ils souffraient du délire de croire que le communisme n’était pas une bonne chose. Ils ont été isolés, médicamentés de force et ont subi une thérapie répressive pour les ramener à la raison.

Lorsque la dernière édition du DSM-V a été publiée, l’identification de symptômes de diverses maladies mentales chez les enfants a entraîné une augmentation significative de la médication des enfants. Certains États ont même des lois qui permettent aux agences de protection de soigner de force, et ont même rendu le refus de prendre des médicaments passible d’amende ou d’emprisonnement. Cela donne un image effrayante à tous ceux qui sont non-conformistes. Bien que les auteurs de ce manuel affirment ne pas avoir d’arrière-pensées, qualifier la libre-pensée et la non-conformité de maladie mentale est une bombe à retardement d’abus en tout genre. Cela peut facilement devenir une arme dans l’arsenal d’un État répressif.

(Source: Metatv.org )

Le bacopa (brahmi) : une plante aux vertus extraordinaires

Publié le 4 octobre 2017 à 13:30 Comments commentaires (0)

Le bacopa fait partie de la pharmacopée de l’Ayurveda (médecine traditionnelle de l’Inde) depuis près de 3 000 ans. Les anciens écrits ayurvédiques le recommandaient pour traiter divers états affectant l'intellect ou le système nerveux central : anxiété, troubles cognitifs, problèmes d’attention, dépression, épilepsie, etc.

A lire ICI


AROMATHERAPIE - Soigner les maux d'automne

Publié le 27 septembre 2017 à 10:40 Comments commentaires (0)

(Emission sur France Bleu Poitou, mercredi 27 septembre 2017, 8h45)


Quels maux en cette saison :

Premièrement, renforcer l’immunité : Le célèbre ravintsara ! Deux gouttes à l’intérieur d’un poignet, là où les veines sont bien visibles et frotter avec l’intérieur de l’autre poignet.

Très efficace notamment contre les épidémies de gastro (ça commence souvent à l’automne).

Pour une bonne prévention, on peut aussi diffuser dans la pièce principale une synergie de ravintsara, laurier noble, eucalyptus radié et thym tujanol. (Diffuseur à froid…;)

Deuxièmement, lutter contre la fatigue : 1 goutte de menthe poivrée pure directement sous la langue, trois fois par jour. Attention, pas pour une femme enceinte ou un enfant de moins de 3 ans (phénol) (dans ces cas-là, utiliser la camomille romaine qui est presque aussi efficace mais sans aucune toxicité, même pour les bébés).

On peut aussi choisir l’option 3 gouttes d’ylang-ylang dans une cuiller de miel matin et soir.

L’origan associé au ravintsara donne aussi de bons résultats, essayez une cure de 10 jours par mois d’octobre à février-mars…

Nez bouché : Une formule miracle : dans flacon mélanger 25 gouttes de ravintsara, 12 gouttes de menthe poivrée, 7 gouttes de clous de girofle, 5 gouttes de niaouli. Verser deux gouttes du mélange sur un mouchoir et respirer à fond par le nez. Vous m’en direz des nouvelles.

Rhume : toujours sur un mouchoir, respirer un mélange d’eucalyptus radié et de pin sylvestre, souvent (6 fois par jour), dès le début des symptômes.

Ravintsara en frottant l’intérieur des poignets (2 gouttes pures).

Penser à supplémenter en vitamine C.

Angine, laryngite, trachéite, pharyngite : 3 gouttes de thym tujanol, 2 gouttes de tea tree et 2 gouttes de menthe poivrée dans une cuiller à café de miel, à laisser fondre dans la bouche, deux à trois fois par jour.

Toux : si la toux est « grasse », elle est utile. Elle permet d’éliminer les miasmes. Alors que la toux sèche est irritante.

Toux grasse : 2 gouttes de myrte dans une cuiller à café de miel, 3 fois par jour.

Toux sèche : 2 gouttes de cyprès et d’eucalyptus globulus, pareil dans du miel, 3 fois par jour aussi.

Voix cassée : très embêtante en radio, mais aussi pour les enseignants, chanteurs, comédiens, conférenciers !

Mélanger 10 gouttes de sauge, 10 gouttes d’eucalyptus mentholé, 10 gouttes d’origan et 100 gouttes d’huile végétale de pépins de pamplemousse (on la trouve normalement en pharmacie). Ensuite, verser 20 gouttes de ce mélange dans un demi verre d’eau tiède (pas trop chaude), avaler 3 fois par jour… la voix devrait revenir progressivement en 3 à 5 jours.

Otite : une synergie de tea-tree, lavande vraie et menthe poivrée (pour les enfants de plus de 6 ans), 2 gouttes de chaque dans une huile végétale. Masser autour de l’oreille. Ce mélange est un puissant antibactérien.

Grippe : eucalyptus radié, ravintsara et bois de Hô , à part égales 3 gouttes de chaque sur un cachet neutre (ou une cuiller de miel). On peut aussi ajouter une goutte de clou de girofle.

Aspect psy : en cas de déprime saisonnière : mélanger 2 gouttes de petit grain bigaradier avec 2 gouttes de verveine citronnée dans une cuiller à café de miel. Matin, midi et soir pendant 3 semaines. Puis arrêter pendant 10 jours et voir si l’on se sent mieux. S’il le faut, reprendre matin et soir.

Combiner éventuellement avec luminothérapie et, à partir de novembre-décembre, supplémenter en vitamine D (naturelle, pas synthétique) et faire une cure d’un mois de gélules d’Omega3 (une boîte de 60, à raison de deux par jour)


Quelles huiles végétales en cette saison pour la dilution ?

Macadamia : au passage très bonne pour la circulation sanguine, pénètre facilement, ne laisse pas trop de gras sur la peau.

Calendula : idéale contre les irritations, léger effet inflammatoire démultiplié par l’huile essentielle.

Noisette : neutre mais polyvalente : peut servir en massage mais aussi par voie orale.


Le miel pour la voie orale : parfait quand on l’aime et si pas d’allergie


Les cachets neutres… et autres gélules, suppo, ovules : en pharmacie


Bien choisir ses huiles essentielles (qualité;) :

- AB (agriculture biologique) garantis par les organismes de contrôle « qualité France » ou « Ecocert »

- Mentionnant le chémotype (HECT pour huile essentielle chémotypée)

- Doit comporter le nom français + le nom latin + éventuellement la partie de la plante utilisée + le nom du ou des constituants principaux

- 100 % naturelles, pures.

Ne pas acheter d’huiles « synthétiques » (sur les marchés, dans les boutiques de souvenirs etc. : aucun effet, elles ne font que sentir bon… Les huiles de pêche, violette, chèvrefeuille, muguet, lilas…


Pourquoi les huiles essentielles sont-elles efficaces pour traiter plusieurs problèmes différents ?

Parce qu’elles sont composées de substances variées (au contraire des médicaments « modernes » qui contiennent généralement une molécule traitant un seul problème à la fois)

Elles ont toujours un composé principal mais aussi d’autres substances secondaires (ou pas secondaires d’ailleurs) qui ont d’autres effets que le composé principal.

D’où la « science de l’aromathérapie » qui consiste à maîtriser le plus possible les « synergies », à composer les cocktails les plus actifs.

SANTE / SEXO Syndrome des ovaires polykystiques: quand les ovaires se masculinisent

Publié le 18 septembre 2017 à 8:40 Comments commentaires (0)

Première cause de troubles de la fertilité chez la femme, le syndrome des ovaires polykystiques ou Sopk touche de 5 à 10 % d’entre elles. En fait, il n’y a pas de kystes: Stein et Leventhal, en 1935, ont pris pour des kystes la multitude de follicules présents dans les ovaires de ces femmes.

J'ai eu à plusieurs reprises des patientes qui présentaient des douleurs assez gênantes et leurs gynécos avaient diagnostiqué des kystes ("fonctionnels"). Or, à mon niveau, je ressentais bien la douleur et ses symptômes énergétiques mais jamais le "problème" en lui-même. Et forcément, ces femmes allaient mieux quelques jours et pensaient que c'était grâce à moi. Or, pour être tout à fait honnête (je le leur ai d'ailleurs dit), je n'ai eu aucune "action" puisque pour être efficace il faut "détecter" le problème. Sinon, je ne peux pas agir dessus.

Cet article éclaire donc ma lanterne, et la prochaine fois que je serai confronté à ce genre de cas, je saurai quoi répondre.

Et il m'a évidemment paru important de partager cet article... qui peut aussi éviter à certaines femmes de s'inquiéter, voire de consulter...

Lire ICI


Les secrets du chlorure de magnésium

Publié le 23 août 2017 à 0:05 Comments commentaires (0)


Encore un ingrédient naturel dont les effets positifs sur l'organisme sont prouvés.

Entretien avec Marie-France Muller auteur du livre « Le Chlorure de magnésium : Un remède miracle méconnu aux éditions Jouvence »

A lire ICI

Le kéfir, boisson miracle ?

Publié le 22 août 2017 à 11:45 Comments commentaires (0)


On raconte que les peuples du Caucase pouvaient vivre jusqu’à 110 ans sans être malades… Leur secret ? Une boisson qui regorge de bonnes bactéries, de vitamines et de protéines : le kéfir. Aujourd’hui, on vous explique tout sur le sujet – on vous donne même la recette ! Et si, même avec ça, vous n’atteignez pas 110 ans, vous ne pourrez pas nous le reprocher…

A lire https://magazine.laruchequiditoui.fr/le-kefir-boisson-miracle-et-presque-gratuite/" target="_blank">ICI

Ce que nous taisons, notre corps le transforme en symptômes

Publié le 5 juillet 2017 à 11:10 Comments commentaires (0)

Le stress et l’anxiété sont des facteurs mentaux qui peuvent influer sur l’apparition d’affections physiques. Nous devons donc apprendre à les gérer correctement pour éviter de plus gros problèmes.

L’union de l’esprit et du corps est si intime et déterminante que nous devrions prêter plus attention à ce monde émotionnel que nous négligeons tant au quotidien.

Car, que vous le croyiez ou non, tout ce que l’on tait finit par nous rendre malade.

A lire ICI


Qu'est-ce qui déclenche l'orgasme ?

Publié le 5 juillet 2017 à 10:55 Comments commentaires (0)

Confiance, fantasme, acceptation... clitoridien ou vaginal... l'orgasme féminin est fort bien décrit et analysé dans cet article.

A lire ICI : http://www.psychologies.com/Couple/Sexualite/Orgasme/Articles-et-dossiers/Qu-est-ce-qui-declenche-l-orgasme


AROMATHERAPIE - Comment fabriquer votre propre "baume du tigre" ?

Publié le 27 mai 2017 à 0:00 Comments commentaires (0)

Comme promis hier à plusieurs d'entre vous sur Facebook, après avoir réussi hier à fabriquer un baume "maison" ajustable aux besoins de température (phases plus ou moins visqueuses ou liquide), de vous livrer la recette de fabrication.



Procurez-vous du beurre de karité (facile dans les épiceries "afro") et de l'huile de jojoba ou de babassu. (le babassu entre en phase liquide vers 18 degrés)

Faites une association au bain marie de 60% de karité et 40% de jojoba... ou 20% de jojoba et de babassu.

Précision: essayez de vous procurer du beurre de karité non raffiné. Celui-ci doit avoir une couleur assez jaune.

Puis, ajouter hors du feupour 110 grammes de mélange Karité-jojoba-babassu : 10 gouttes d'huile essentielle de gaulthérie, 10 à 15 gouttes d'huile essentielle de romarin à camphre et 10 gouttes de menthe poivrée.

En fonction de la proportion d'huile de babassu par rapport au karité, vous obtiendrez une texture qui restera plus ou moins solide à température ambiante. Plus de karité = conservation à température ambiante. Plus de babassu = conservation au frais.

L'intérêt du baume frais, c'est d'apporter évidemment une sensation de fraicheur et de léger picotement.

Si vous souffrez d'exczema ou d'acné ou encore de psoriasis, je vous conseille d'ajouter 5 gouttes d'huile essentielle de tea-tree (arbre à thé) et 5 gouttes d'huile essentielle de géranium rosat. La camomille romaine est aussi utile, dans les mêmes proportions, dans les cas de peau déshydratée (comme par exemple pour les talons fendillés).

Voilà chers amis, si vous avez d'autres questions, n'hésitez-pas à revenir vers moi. J'y répondrai dans les meilleurs délais.


SANTE / ESTHETIQUE - Débarrassez-vous de vos mycoses d'ongles avant cet été

Publié le 29 avril 2017 à 10:10 Comments commentaires (0)

Dans ma série sur les vertus des huiles essentielles (étant actuellement en plein milieu d'une formation très poussée en aromathérapie), je vous propose aujourd'hui de vous débarasser de vos mycoses d'ongles, particulièrement peu esthétiques, avant de montrer à nouveau vos petits petons dans des tongs ou sur la plage.

Tout d'abord, il faut savoir que les mycoses des ongles sont très coriaces, très contagieuses et que c'est le genre de petits cadeaux que l'on se fait joyeusement entre membres d'une même famille. C'est pourquoi il est important d'éviter de partager ses serviettes et autres linges de maison, surtout humides...


Attention, la mycose est très contagieuse !

Ceci posé, à quoi avons-nous affaire ? Il s'agit d'un champignon microscopique, de la famille des candida (albicans...) Il aime beaucoup les milieux chauds et humides, et on l'attrape bien souvent dans un pédiluve de piscine mal désinfecté ou encore au bord d'un lac, d'une rivière... et surtout dans nos propres salles de bains, par contagion.

Alors que faire ? On trouve dans le commerce toutes sortes de produits plus ou moins efficaces, plus ou moins malodorants, plus ou moins faciles à utiliser (pinceaux, sprays, cataplasmes...), plus ou moins chimiques mais pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple... et surtout naturel ?

Commme je le mentionnais plus haut, ces saletés qui s'attaquent à nos ongles, les blanchissent - voire jaunissent - et les rendent plus épais, sont des dures à cuire. C'est pour cela que si vous voulez avoir une chance d'en être débarrasé(e) pour cet été, il faut s'y prendre dès maintenant. Deux voire trois mois de traitement seront en effet nécessaires mais si vous suivez bien les indications, cela se passera bien, et à peu de frais.

Prenez un petit pulvérisateur (mais sinon on peut aussi badigeonner avec un coton-tige) et effectuez la synergie suivante : pour un mélange de 50 ml d'eau et d'alcool à 60° à parts égales, versez 3 gouttes d'huile essentielle de cannelle, 3 d'origan, 3 de litsée citronnée (ou de géranium rosat) 5 de laurier noble et 5 de palmarosa. La lavande aspic est aussi assez efficace mais il ne me semble pas nécessaire d'en ajouter à ce mélange (sauf d'un point de vue olfactif mais c'est alors très subjectif).

Pulvérisez ou appliquez sur les ongles atteints 3 fois par jour pendant au moins deux mois. N'hésitez-pas à traiter également le fond de vos chaussures et, si vous le pouvez, à imbiber vos chaussettes de ce mélange (qui, en plus, constitue un excellent désodorisant naturel).

Si vous ne vous sentez pas de réaliser cette synergie vous-même, vous pouvez bien entendu vous adresser à un pharmacien spécialisé en  aromathérapie. J'en profite pour vous rappeler qu'un aromathérapeute ne vous délivre pas de produits. Il est là pour vous conseiller voire (à la rigueur, pour les gens qui tremblent un peu) vous aider à réaliser votre propre mélange à partir des huiles essentielles que vous aurez achetées vous-même.

Personne d'autre qu'un médecin ne peut vous prescrire quoi que ce soit

et personne d'autre qu'un pharmacien ne peut vous délivrer quelque mélange que ce soit.


Ne jouez pas non plus aux apprentis-sorciers en surdosant les huiles essentielles. Certaines sont dermocaustiques (corrosives pour la peau) ou réagissent à la lumière du soleil. Quelques rares cas d'allergies sont aussi possibles.

Enfin, un dernier conseil : soyez attentif à la bonne santé de votre système immunitaire. En effet, les mycoses, comme beaucoup d'affections cutanées, profitent souvent d'un moment d'affaiblissement pour prospérer. Je vous rappelle donc que deux gouttes d'huile essentielle de ravintsara à frotter à l'intérieur des deux poignets deux fois par jour, cela peut bien aider vos défenses naturelles à lutter contre les envahisseurs (bactéries, virus, champignons...)

--------------------------------------

GB - www.vibrenergil.com - 29/04/17

AMOUR / SEXUALITE Qu'est ce que le couple nouveau ou "tantrique" ?

Publié le 29 avril 2017 à 10:00 Comments commentaires (0)

Un superbe article paru sur le site "réveillez-vous.fr".

A lire https://r-eveillez-vous.fr/quest-ce-que-le-couple-conventionnel-le-couple-nouveau-ou-tantrique/" target="_blank">ICI


L'alimentation émotionnelle, la nourriture qui « comble le vide »

Publié le 29 avril 2017 à 9:40 Comments commentaires (0)

Manger des sucreries après une rupture amoureuse, dévorer de la nourriture pendant des moments de tension, dépasser les quantités suffisantes pour notre corps, etc. Voilà ce qu’est l’alimentation émotionnelle, une habitude pour laquelle il n’y a pas meilleure définition que les exemples.

Nous croyons qu’être des "personnes normales" équivaut à être en état d’alerte par rapport à la nourriture, que nous devons avoir peur du chocolat et de la crème, persuadés que si nous pouvions arriver à maîtriser “cette féroce faim intérieure”, nous parviendrions à l’harmonie.

Nous oublions que souvent, manger devient une métaphore de la façon dont nous vivons et de la manière dont nous gérons nos émotions.

Pourtant, dans de nombreux cas d’ingestion compulsive, la nourriture fonctionne comme un rideau de fumée qui nous empêche de voir le vrai problème : la perte de contrôle émotionnel par le besoin de combler le vide relatif à d’autres domaines de notre vie.



La relation entre les carences affectives et la nourriture

La nourriture peut devenir un substitut d’équilibre émotionnel. Combien de fois avons-nous payé nos frustrations en nous empiffrant ou en mangeant une glace ou un chocolat ? La compulsion qui nous guide au moment de manger est très souvent le désespoir au niveau émotionnel. Bien souvent, dans ces cas-là,n les régimes ne fonctionnent pas parce que la nourriture et le poids sont les symptômes, pas le problème.

On peut considérer que le fait de se concentrer sur le poids est une manière de ne pas prêter attention aux raisons pour lesquelles tant de personnes se jettent sur la nourriture quand elles ont faim.

Ceci, naturellement, est renforcé par notre société, qui focalise son attention sur les kilos en trop et sur les calories consommées.

On dirait que la perte de poids et l’obtention d’une belle silhouette provoqueraient chez nous la libération émotionnelle des événements douloureux qui nous tourmentent actuellement.

Geneen Roth, auteure spécialisée, met l’accent sur le fait que la prise de poids est, en soi, un symptôme. Même si nous arrivons à la faire diminuer, nous continuerons à générer de grandes fluctuations.

Voici un passage qui illustre très bien cette question :

Quelqu’un assista une fois à un de mes séminaires après avoir perdu trente-quatre kilos en faisant un régime. Cette femme s’est mise devant cent cinquante personnes et elle a dit d’une voix tremblante :

— C’est comme si on m’avait dépouillée. On m’a volé le plus beau de mes rêves. Je croyais vraiment qu’en perdant du poids, ma vie changerait. Mais ce qui a changé en moi est seulement extérieur. L’intérieur est toujours le même. Ma mère est toujours décédée, et je suis toujours sûre que mon père me battait quand j’étais petite. Je suis toujours en colère et je me sens seule, et maintenant, je n’ai plus l’espoir de maigrir.


Le cercle vicieux de l’alimentation émotionnelle

D’une certaine manière, la préoccupation de notre corps masque des préoccupations bien plus profondes, qui alimentent un cercle vicieux d’inquiétudes qui ne se résolvent pas et qui freinent notre capacité à grandir et à nous développer.

Pour certains auteurs, le véritable problème de la prise de poids et de l’alimentation émotionnelle est que la nourriture devient un substitut de l’amour. Ainsi, comme l’affirme Geneen Roth :

Si nous cessons d’alimenter l’enfant maltraité qu’il y a à l’intérieur de l’adulte solitaire, nous pourrons nourrir l’amour et donner lieu à l’intimité. De cette manière, nous libérerons la douleur de la vie passée et nous nous installerons définitivement dans le présent. Il n’y a qu’en nous réservant un espace pour l’intimité et l’amour que nous apprendrons à apprécier la nourriture et que nous cesserons de nous en servir comme d’un substitut.

À certains moments, nous croyons que manger nous sauvera de nous-mêmes, de la haine que nous ressentons, de l’angoisse d’être qui nous sommes et de ce que cela provoque chez nous, et que nous ne souhaitons pas. C’est une espèce de pensée magique qui renforce un cercle vicieux qui nous tourmente.

Quand nous mangeons de manière déséquilibrée, nous ne prenons pas soin de nous et de notre présent. Mais nous ne faisons que nous soulager à travers la nourriture et prendre du poids est, très souvent, juste un symptôme qui se recrée dans un cercle vicieux.

Dès lors, chaque fois que nous mangeons de manière compulsive, nous renforçons la croyance selon laquelle la seule façon d’avoir ce que nous voulons est de nous l’octroyer nous-mêmes, grâce à la nutrition.

C’est pourquoi chaque fois que nous nous adonnons à une ingestion excessive à la suite d’un déséquilibre émotionnel, nous renforçons ce désespoir associé à notre problème, ce qui provoque une pagaille encore plus grande.

C’est un cercle vicieux en tous points qui se nourrit lui-même du besoin de manger, tout en cachant ainsi le problème de fond.

L’alimentation émotionnelle, surnutrition ou déséquilibre nutritionnel nous sert souvent d’appui imaginaire, c’est-à-dire que nous pouvons arriver à utiliser la nourriture pour maintenir debout les quatre murs de notre maison.

Prendre et perdre du poids ou bien être toujours au régime, c’est comme être constamment sur une montagne russe émotionnelle. Une personne qui se sert de la nourriture pour se protéger s’enivre sans cesse à travers le chaos, l’intensité émotionnelle et le dramatisme.

Parce que comme nous venons de le voir, manger de façon compulsive reflète la mise en scène de la souffrance.


(D'après "Nos Pensées.fr", rubrique "Psychologie", sans mention de l'auteur)

Comment nos émotions influencent-elles notre corps et notre santé ?

Publié le 2 avril 2017 à 0:25 Comments commentaires (0)

Comment nos émotions influencent-elles

notre corps et notre santé ?





C’est un constat avéré: Le corps est étroitement connecté à l’esprit et chaque émotion ou pensée

a un support et un impact physique direct.


La joie, la satisfaction la tristesse ou la colère sont autant d’états d’esprit avec un effet sur le santé et le corps. Dans le cas d’une émotion négative cet effet est malheureusement nuisible et peut générer des douleurs, hypertension, indigestion… voir même des maladies. Il est donc essentiel de reconnaitre ces émotions les décortiquer pour pouvoir les gérer et éviter qu’elles ne nuisent à notre santé ou à nos relations.

Le sentiment est souvent le seul langage qui nous reste lorsque nous n’avons plus de mots pour exprimer ce que l’on vit. Vivre, c’est avoir des émotions, c’est sentir les flux d’énergie dans notre corps afin qu’il fonctionne naturellement. Bloquer nos sentiments, c’est bloquer ce flux au risque de nous entraîner dans la survie, voire la mort.

Nous avons reçu une éducation quant au fonctionnement de notre corps, nous n’avons pas reçu d’éducation à l’émotion. Une émotion est un cadeau de la nature, son rôle est de nous indiquer ce qui se passe à l’intérieur de nous, de nous mettre en garde et de préserver notre équilibre psychique et physique.

Les émotions sont pour nombre d’entre nous, un domaine compliqué (nous en avons trop ou pas assez, peut-être pas au bon moment). La façon dont nous les vivons tient pour partie à la façon dont nos émotions ont été accueillies dans l’enfance. Normalement une émotion est ressentie, identifiée, puis elle entraîne souvent une action, un geste et elle passe.

L’expression d’une émotion saine se déroule en trois phases : charge, tension et décharge. Cette dernière étape est la plus visible, elle fait du bien et ne dure pas plus de quelques minutes. La soit disant décharge d’une réaction émotionnelle parasite peut durer des heures, une vie et ne soulage pas du tout.

Quand nos émotions sont refoulées

La décharge est ce qu’on interdit dans nos sociétés. Le résultat, c’est qu’on reste en tension et qu’on ne réussit pas à l’évacuer. Nous avons ainsi été conditionnés inconsciemment à différentes méthodes efficaces pour ne pas sentir : bloquer la respiration, serrer les mâchoires, éviter du regard, nous agiter, penser à autre chose, intellectualiser-mentaliser, oublier en consommant des drogues ou d’autres choses etc.

Les émotions réelles sont refoulées. Ceci conduit à des troubles émotionnels et intériorisation de réactions émotionnelles parasites. Ceci entraîne le corps à fonctionner comme éponge afin d’absorber les tensions refoulées de vos émotions. Il est nécessaire de restaurer le flux du corps et de libérer toute tension parasite afin de fortifier et rééquilibrer le corps, la tête et l’esprit.

Pouvoir être plus conscient de nos différents états internes et savoir évacuer et décharger notre corps de nos émotions deviendra un élément clef dans l’entretien de votre santé physique, mentale et émotionnelle.



Rss_feed

UA-111945634-1